Presse

 

logo-resmusica Resmusica, Catherine Scholler – 01/10/2018 –  Les Huguenots, Opéra Bastille
« […] la merveilleuse Karine Deshayes, idéale en Urbain, complètement dans son élément dans les roulades et traits d’agilité du page. » Lire la suite

forum opera Forum Opéra, Jean Michel Pennetier – 28/09/2018 – Les Huguenots, Opéra Bastille
« L’Urbain de Karine Deshayes est tout simplement superbe : la voix est bien projetée, limpide, l’aigu (et le suraigu sûr) »

parterre box

parterre.com, Patrick Clement James –  25/04/2018 – Critique Roméo et Juliette – The Metropolitan Opera, New-York
« And as Roméo’s page, Stéphano, Karine Deshayes’ well-produced mezzo-soprano made a highlight of her aria, “Que fais-tu, blanche tourterelle.” »

 Classicalsource.com, David M. Rice –  23/04/2018 – Critique Roméo et Juliette – The Metropolitan Opera, New-York
« As Romeo’s page mocking the Capulets, Karine Deshayes gave a lovely rendition, touching off the duels that take the lives of Mercutio and Tybalt
. »

 

Logo-Olyrix Olyrix, Céline Wadoux – 07/05/2018 – Critique Roméo et Juliette – The Metropolitan Opera, New-York
« Roméo et Juliette bouvleversent New-York […] Karine Deshayes en Stephano, attendue sur l’ « air de la Tourterelle », reçoit l’approbation du public pour la justesse de sa diction, le placement précis de ses vibratos et des aigus gracieux et chaleureux. » Lire la suite

logo-opera-magazine Opéra Magazine, Richard Martet – avril 2018 – Critique de Sémiramide – Opéra de Saint-Etienne
« A l’aise aux deux extrêmes d’une tessiture tenant autant de ce que l’on appelle aujourd’hui soprano que mezzo-soprano, Karine Deshayes possède à la fois l’autorité de la souveraine, le tranchant de la meurtrière et la tendresse de la femme amoureuse. De cette incarnation de bout en bout magistrale, se détachent tout particulièrement le finale du I, où l’on entend véritablement se glacer le sang de la criminelle, et la prière du II, d’un dépouillement bouleversant » 

logo-arte A revoir sur arte.tv en cliquant ici « Presque cent ans jour pour jour après la mort de Claude Debussy, Emmanuel Krivine et l’Orchestre national de France célèbrent ce génie de la musique française. Aux côtés de la mezzo-soprano Karine Deshayes, ils interprètent un programme compilant des oeuvres rares de Claude Debussy et de Maurice Ravel. »

le progrès Le Progrès, la rédaction – 28/02/2018 – Portrait pour Sémiramide – Opéra de Saint-Etienne
« La grande Karine Deshayes qui a remporté en 2016, pour la seconde fois, la Victoire de l’artiste lyrique de l’année . […] Le vaste répertoire de Karine Deshayes lui permet de se produire régulièrement en concert et en récital. […] C’est une grande chance pour le public ligérien d’applaudir cette mezzo-soprano dans Sémiramide. » Lire la suite

 

forum opera Forum Opéra, Maurice Salles – 06/03/2018 – Sémiramide – Opéra de Saint-Etienne
« […] la maîtrise technique allie contrôle de l’émission, agilités volubiles, fusées dardées, propres à servir la rhétorique rossinienne dans les règles de l’art. La conduite de la voix a été telle qu’aucune baisse de régime ne viendra altérer l’impression de générosité, autrement dit de facilité, qui est la pierre angulaire du beau chant. On ne s’étendra pas sur les mérites de la comédienne, tant ils sont connus et font partie intrinsèque de son art. »  Lire la suite

 

logo-opera-online  Opéra Oline, Emmanuel Andrieu – 05/03/2018 – Sémiramide – Opéra de Saint-Etienne
« […] Karine Deshayes confirme ses affinités avec les operas serie de Rossini, et triomphe du redoutable rôle de Sémiramis, l’une des plus royales figures du répertoire lyrique. Avec son timbre rond et ferme à la fois, la cantatrice n’a pas de mal à être crédible en souveraine sanguinaire, aux attitudes nobles et au chant altier. On ne peut qu’admirer la facilité avec laquelle elle escalade les plus vertigineux sommets sans rencontrer le moindre problème d’intonation et de souffle. Bref, on reste bouche-bée, tant la performance est accomplie et l’effort insensible. »  Lire la suite

 

Logo-Olyrix Olyrix, Pierre Géraudie – 04/03/2018 – Sémiramide – Opéra de Saint-Etienne
« […] le Semiramide de Gioachino Rossini trouve sur la scène de l’Opéra de Saint-Étienne une interprète exceptionnelle en la personne de Karine Deshayes. Pour sa première dans ce rôle, la soprano française prouve qu’elle est, définitivement, une rossinienne hors pair. » Lire la suite

 

Logo-Olyrix Olyrix, Frédéric Epin – 26/01/2018 – Les Liebeslieder de Brahms à la Philharmonie
« L’ampleur frappe lorsque se fait entendre la voix de mezzo-soprano déployée par Karine Deshayes. […] Qu’elle chante en solo (Wahre, deinen Sohn) en duo (Nein, Geliebter, setze dich) ou en ensemble, sa présence vocale et musicale demeurent toujours remarquable. » Lire la suite

 

Bachtrack.com, Julien Hanck – 24/01/2018 – Les Liebeslieder de Brahms à la Philharmonie
« Karine Deshayes, ou le triomphe d’une voix dans sa pleine maturité : sans doute la voix la plus puissamment projective du quatuor […] » Lire la suite

 


Télérama_logo

 


Télérama, Sophie Bourdais – 10/01/2018 – Dialogues des carmélites à La Monnaie de Bruxelles
« Le changement le plus spectaculaire concerne Karine Deshayes en mère Marie de l’Incarnation et Marie-Adeline Henry en Mme Lidoine : en 2013, Sophie Koch donnait à mère Marie un côté roide et inquiétant, quasi fanatique, que fait disparaître le timbre voluptueux de Karine Deshayes, mère Marie plus humaine, plus angoissée… et plus ambiguë.  » Lire la suite

 

 Forum Opéra, Camille de Rijck – 20/12/2017
« Karine Deshayes, ou la force tranquille. Karine Deshayes tisse une carrière qui, au fil des ans, commence à prendre l’allure de l’exemplarité. »
Lire la suite

 

Logo-Olyrix Olyrix, Soline Heurtebise – 12/12/2017 – Dialogues des Carmélites à La Monnaie de Bruxelles
« Quel Bonheur que le rôle de Mère Marie ! Réparti entre Sophie Koch qui avait déjà tenu ce rôle au Théâtre des Champs-Elysées en 2013 (lors de la création de cette mise en scène, et où elle reviendra en février 2018 -spectacle déjà complet) et Karine Deshayes, la comparaison ne peut se faire. Chacune s’approprie le rôle avec finesse, Sophie Koch plus fragile, Karine Deshayes plus maternelle. Les voix sont sensibles, fines, aiguisées et puissantes à la fois. Karine Deshayes est inoubliable, comme toujours. » Lire la suite

 

 La Libre Belgique, Martine D. Mergeay – 10/12/2017 – Dialogues des Carmélites à La Monnaie de Bruxelles
« Karine Deshayes puissante et fière en Mère Marie » Lire la suite

 

Logo-OlyrixOlyrix, Soline Heurtebise – 07/11/2017 – Récital à la Monnaie de Bruxelles
« Karine Deshayes incarne une féminité complexe. La voix est fine, puissante, soufflée, la diction d’une rare précision. Au service total de la musique et des grands compositeurs, avec une discrétion raffinée, les notes sont chantées, bercées parfois soufflées. » Lire la suite 

 

 Figaroscope (version papier & web), Thierry Hillériteau – 16/10/2017
« Un dernier verre avec Karine Deshayes » découvrir l’interview en cliquant ici

 

logo-opera-magazineOpéra Magazine, Michel Parouty – n° décembre 2017 – L’opéra imaginaire avec le Concert Spirituel, direction Hervé Niquet
« La Magicienne jalouse revient à Karine Deshayes, en tous points sensationnelle : la beauté de la voix, longue et chaleureuse, sa puissance, le sens du français et de sa déclamation, une ligne musicale expressive et toujours juste sont ceux d’une artiste à son sommet, particulièrement à l’aise dans ce répertoire qu’elle fréquente depuis longtemps. »

 

forum opera Forum Opéra, Christophe Rizoud – 2/10/2107 – Karine and friends – Salle Gaveau, Paris
« […]  même rigueur stylistique, même virtuosité dépourvue de vains artifices.[…] on ne s’étonnera jamais assez de rencontrer de telles qualités techniques chez une chanteuse française. […] Qui d’autre aujourd’hui pour dessiner avec autant de faste vocal l’émoi amoureux de Balkis dans La Reine de Saba ? Ce n’est pas tant l’articulation que la noblesse de l’accent, et toujours la lumière, les couleurs, la musicalité particulièrement sensibles dès que la voix grimpe sur la portée. » Lire la suite

 

logo-opera-magazine Opéra Magazine, François Lesueur – novembre 2017 – Karine and friends –  Salle Gaveau, Paris
« […] elle met le public à ses pieds, grâce à un timbre opulent et un phrasé à l’intensité conquérante. » Lire plus

 

radio classique Radio Classique, Laure Mézan – 26/09/2017 – Karine and friends – Salle Gaveau, Paris
Artiste aussi talentueuse que généreuse, celle qui séduit les publics du monde entier interprète ici des grands airs et duos de l’opéra […]

 

 General-Anzeiger – 18/09/2017 – Beethovenfest Bonn
« La mezzo-soprano française Karine Deshayes se montre vocalement à la hauteur du défi de la cantate Velleda ainsi que des scènes extraites de Cherubini et Berlioz avec une voix généreuse et claire, jamais forcée dans les aiguës et capable d’exprimée les plus petits mouvements d’âme. »

 

logo-resmusica Resmusica, Charlotte Saulneron – 9/08/2017 –  3e album du quatuor Zaïde
« La voix souple et la rondeur du timbre de Karine Deshayes sur la dernière plage de cet album se révèle être un véritable cadeau »
Lire plus

 

1280px-Ouest-France_logo.sOuest France – 07/08/2017
« Karine Deshayes, la chanteuse lyrique que les scènes du monde entier réclament. »

 

logo culturebox_1Culturebox – 03/08/2017
« Karine Deshayes compte parmi les plus grandes mezzo-soprano actuelles et se produit sur des scènes prestigieuses. »



Logo-OlyrixOlyrix – 25/07/2017 – Festival Radio France
« Karine Deshayes offre sa voix chaude et généreuse, puissante dans les aigus, crépusculaire et moirée. »

 

L'Humanité.svgL’Humanité – 18/07/2017 – Festival de Radio France
« La mezzo-soprano Karine Deshayes, dont la voix rejoint les sopranos dramatiques, est une Elvira de belle facture. Elle domine les aigus avec une musicalité jamais prise en défaut, la souplesse de sa voix est le signe d’une facilité de moyens naturels. »

 

forum operaForum Opéra – Christophe Rizoud – Stabat Mater de Rossini – Festival de Saint-Denis
« Maîtrise du style, du souffle, musicalité, reflets mordorés d’une étoffe veloutée, oui et plus encore, le cœur qu’elle met à l’ouvrage, cet amour porté à la partition, visible même quand elle ne chante pas et transmis tout au long de la soirée avec une générosité dont nous lui sommes reconnaissant. »



Franceinfo.svgFrance info – Jean-Michel Ogier « Alceste » de Gluck – Opéra de Lyon – 13/05/2017
« Karine Deshayes, superbe Alceste à l’Opéra de Lyon […]Karine Deshayes emplit l’espace immense de cet intérieur bourgeois de sa présence. »

 

diapasonDiapason – Emmanuel Dupuy « Alceste  » de Gluck – Opéra de Lyon – 05/05/2017
« L’esprit de la tragédie est tout entier dans le chant de Karine Deshayes qui étrenne le rôle-titre. Victoire sans appel, tant cette voix aux reflets ambrés préserve à chaque instant la noblesse du mot et de la note, sculptant dans le plus somptueux airain le galbe de la phrase gluckiste […] »

 

logo-opera-magazineOpéra Magazine, Richard Martet « Alceste  » de Gluck – Opéra de Lyon – 04/05/2017
« Karine Deshayes […] avec des aigus lumineux, un médium et un grave riches et sonores, un souffle long et des accents constamment émouvants. »

 

Le_Figaro_logo.svgLe Figaro – François Delétraz – 04/07/2016
« sur scène, elle y est toujours extraordinaire. »

 

Le_Monde.svgLe Monde – Marie Aude Roux – 04/06/2016 – CD Rossini avec Les Forces Majeures chez Aparté
« Une évidence : pour la souplesse et la musicalité de la ligne vocale, la virtuosité altière et lumineuse, la rondeur sans défaut du timbre. »

 

logo_le-ParisienLe Parisien – Eric Bureau – Mai 2016
« Les plus grandes scènes du monde se l’arrachent […] Elue pour la deuxième fois artiste lyrique de l’année aux dernières Victoires de la musique classique, applaudie au Festival de Salzbourg, en Autriche, au Met de New York, Karine Deshayes est une mezzo-soprano qui compte en Europe. »

 

rtlRTL – Charlotte Latour – 26/05/2016CD Rossini chez Aparté
« Toute l’agilité vocale de la chanteuse est là. Le timbre est rond et chaleureux, le talent est indéniable […] »

 

la croixLa Croix – Emmanuelle Guilliani – 25/05/2016
« Chaleureuse, ample, sa voix qui possède une longue tessiture a gagné en opulence sans perdre de sa souplesse ni de sa fraîcheur. »

 

Logo-Le-PointLe Point – 24/02/2016
« Karine Deshayes est un des grands talents français que se disputent les opéras du monde entier. »



Télérama_logoTélérama – Sophie Bourdais – 24/08/2015 –  CD Après un rêve avec l’Ensemble Contraste chez Aparté
« La mezzo-soprano Karine Deshayes nous envoûte. La voix est pleine et souple, l’émission vocale superbement contrôlée, la diction soignée. »



Paris_Match_1981_logo.svgParis Match – Philippe Noisette – 2012
« Une Soprano Nature [..] Karine Deshayes enflamme la Bastille. »